Qui que tu sois César, ôte-toi de mon soleil 

RLHDTV

Vos émissions régulières regroupées en « Collections »

Nos hôtesses vous invitent à cliquer sur « Plan de vol » pour consulter nos sujets thématiques  d’une façon régulière sans subir le feu de l’actualité.

R    E    G    A    R    D    E    Z       L    E    S      H    O    M    M    E    S       D    A    N    S    E    R        

Retrouvez l’intégralité de nos sujets, reportages et documentaires vidéo  sur

Heureux de nous perdre… Et pas seulement les hommes.    

Le roman d’Alain Gillot se lit comme un scénario dont on se dit, que l’on pourrait être le personnage principal.

L’homme est un filou (dans le très bon sens du terme), tendance guerre des boutons. L’auteur de La surface de réparation (Flammarion) nous prend par la main. Au-delà de l’acte déclencheur (une gifle), il sait offrir au travers le regret d’Antoine, scénariste et protagoniste de l’histoire, le  cheminement de l’acte créatif. Ce moment,  où devant un rôle, il décide pour la fluidité du scénario d’effacer définitivement un personnage. C’est de la fiction, quoi de plus normal que d’avoir le pouvoir sur l’imaginaire ! De gommer de la surface de papier un personnage secondaire qui n’avait plus sa place.

Mais voilà. Cette efficacité intellectuelle au service du récit devient un acte de mort. Celui d’un rôle que devait interpréter Emma.

On oublie qu’un personnage est aussi une interprétation, humain jusqu’au bout des dialogues.

Dans ce contexte Alain Gillot nous propose une belle histoire d’amour. Une poursuite analytique dans l’excuse (donc du geste que l’on ne peut pas effacer de la mémoire) et de la réflexion qui en découle.

Les méandres de l’interrogation de l’acte créatif comme sujet involontaire d’orientation. Naturellement que le prétexte de la gifle (encore que) n’est là que pour le changement d’itinéraire, ce flash qui oriente votre vie et qui transforment vos certitudes en doutes.  C’est le ressentiment d’Antoine qui essaie de réparer comme un mauvais bricoleur ce qu’il vient de détruire.

Alain Guillot nous offre avec se second livre une ouverture littéraire en forme d’école buissonnière, loin des chemins attendus et banalisés. Mais n’est-ce pas cela au font écrire un roman dont l’Amour se love dans les mots comme d’autres  dans les hautes herbes. Un roman clair et voyant qui ne dément pas le proverbe du printemps attendu « En Mai fait ce qu’il te plait ».

 

 

La meilleure chose qui puisse arriver à un homme

C’est de se perdre

Alain Gillot

Editions  Flammarion

Prix : 19€