Qui que tu sois César, ôte-toi de mon soleil 

RLHDTV

Vos émissions régulières regroupées en « Collections »

Nos hôtesses vous invitent à cliquer sur « Plan de vol » pour consulter nos sujets thématiques  d’une façon régulière sans subir le feu de l’actualité.

R    E    G    A    R    D    E    Z       L    E    S      H    O    M    M    E    S       D    A    N    S    E    R        

Retrouvez l’intégralité de nos sujets, reportages et documentaires vidéo  sur

Le monde tel qu’il est… Enfin presque.  La télévision reste cette source de diffusion proche de la série B cinématographique. Un brin nostalgique qui se nourrit cette reconnaissance inconsciente de l’art d’or d’Hollywood.

Ioanis Deroide décortique se plaisir à la manière d’un critique culinaire. Il propose goulument, que nous  dévorons les mille et unes bandes d’images animées qui  ont (encore aujourd’hui),  construit l’imaginaire fantasques de trois générations de téléspectateurs.

L’aventure télévisuelle s’inscrit avec le déclin des studios (comprenez Hollywood) et devient par son écriture la renaissance d’un style au format oublié (Ces bonnes vieux sérials de première partie) . Entre 26 et 48 minutes , mon cœur balance. Parfois, parce que exceptionnelle, la durée peut aller au-delà de l’heure prescrite. Le rythme cardiaque est à l’unisson des aventures proposées. Les genres batifoles.

Il y en a pour tout les goûts et le déroulement de la pellicule offre une diversité gratuite que ne peut plus se permettre le 7e Art.

Ioanis Deroide décortique cette aventure anglo-saxonne qui englobe d’une façon moindre, l’Australie. La part est belle dans le découpage du gâteau audiovisuel, aux USA et à la Grande Bretagne; la part du lion. Même si, dans la facilité proposée, rien n’est simple et surtout pas imposer un style.

 Le nom des séries résonnent comme autant de stars dont on ne peut pas gommer le nom sur le bitume.  Ivanhoé, Les mystères de l’Ouest,  Docteur Who, Game of Thrones, ou encore The  Lone Ranger, La petite maison dans la prairie, Happy Days, M.A.S.H, Le Prisonnier, Mission Impossible… La liste est longue comme plusieurs décennies et ici, inscrite sans volonté chronologique. L’aventure des séries s’écrit au fil de l’évolution politique et économique. A chaque époque ses héros. Il n’ y a pas plus contemporain qu’un feuilleton télévisuel. Même aujourd’hui lorsque l’on nous sert à nouveau la soupe. Aussi décoloré que peut-être un film en noir et blanc, il reste coller à l’époque de sa création, instruisant à l’Histoire l’époque qui deviendra nostalgique.

Elle colle à la peau du temps, évolue avec, voir précède l’acte politique. Représentatif inconsciente de la société . Les séries  voguent aux rythmes des styles. Elle deviennent la photographie du non dit.  En cela, l’histoire des séries anglo-saxonnes tracent dans l’imaginaire, la réalité politique d’un temps donné. Qu’il faut découvrir.

 

DOMINER LE MONDE

 Ioanis Déroide

Editions  Vendémiaire

Prix : 17€


Qui que tu sois César, ôte-toi de mon soleil 

RLHDTV

Vos émissions régulières regroupées en « Collections »

Nos hôtesses vous invitent à cliquer sur « Plan de vol » pour consulter nos sujets thématiques  d’une façon régulière sans subir le feu de l’actualité.

R    E    G    A    R    D    E    Z       L    E    S      H    O    M    M    E    S       D    A    N    S    E    R        

Retrouvez l’intégralité de nos sujets, reportages et documentaires vidéo  sur

Le monde tel qu’il est… Enfin presque.  La télévision reste cette source de diffusion proche de la série B cinématographique. Un brin nostalgique qui se nourrit cette reconnaissance inconsciente de l’art d’or d’Hollywood.

Ioanis Deroide décortique se plaisir à la manière d’un critique culinaire. Il propose goulument, que nous  dévorons les mille et unes bandes d’images animées qui  ont (encore aujourd’hui),  construit l’imaginaire fantasques de trois générations de téléspectateurs.

L’aventure télévisuelle s’inscrit avec le déclin des studios (comprenez Hollywood) et devient par son écriture la renaissance d’un style au format oublié (Ces bonnes vieux sérials de première partie) . Entre 26 et 48 minutes , mon cœur balance. Parfois, parce que exceptionnelle, la durée peut aller au-delà de l’heure prescrite. Le rythme cardiaque est à l’unisson des aventures proposées. Les genres batifoles.

Il y en a pour tout les goûts et le déroulement de la pellicule offre une diversité gratuite que ne peut plus se permettre le 7e Art.

Ioanis Deroide décortique cette aventure anglo-saxonne qui englobe d’une façon moindre, l’Australie. La part est belle dans le découpage du gâteau audiovisuel, aux USA et à la Grande Bretagne; la part du lion. Même si, dans la facilité proposée, rien n’est simple et surtout pas imposer un style.

 Le nom des séries résonnent comme autant de stars dont on ne peut pas gommer le nom sur le bitume.  Ivanhoé, Les mystères de l’Ouest,  Docteur Who, Game of Thrones, ou encore The  Lone Ranger, La petite maison dans la prairie, Happy Days, M.A.S.H, Le Prisonnier, Mission Impossible… La liste est longue comme plusieurs décennies et ici, inscrite sans volonté chronologique. L’aventure des séries s’écrit au fil de l’évolution politique et économique. A chaque époque ses héros. Il n’ y a pas plus contemporain qu’un feuilleton télévisuel. Même aujourd’hui lorsque l’on nous sert à nouveau la soupe. Aussi décoloré que peut-être un film en noir et blanc, il reste coller à l’époque de sa création, instruisant à l’Histoire l’époque qui deviendra nostalgique.

Elle colle à la peau du temps, évolue avec, voir précède l’acte politique. Représentatif inconsciente de la société . Les séries  voguent aux rythmes des styles. Elle deviennent la photographie du non dit.  En cela, l’histoire des séries anglo-saxonnes tracent dans l’imaginaire, la réalité politique d’un temps donné. Qu’il faut découvrir.

 

DOMINER LE MONDE

 Ioanis Déroide

Editions  Vendémiaire

Prix : 17€