Qui que tu sois César, ôte-toi de mon soleil 

RLHDTV

Vos émissions régulières regroupées en « Collections »

Nos hôtesses vous invitent à cliquer sur « Plan de vol » pour consulter nos sujets thématiques  d’une façon régulière sans subir le feu de l’actualité.

R    E    G    A    R    D    E    Z       L    E    S      H    O    M    M    E    S       D    A    N    S    E    R        

Retrouvez l’intégralité de nos sujets, reportages et documentaires vidéo  sur

Et les jeunes dans tout celaCe n’est pas une question. Un constat peut-être. Les jeunes et le cinéma. Cinémaction, sous la houlette d’Andrea Grunert, pose la question de la jeunesse filmée. Est-elle si différente que celle des années cinquante ?  Entre rebelles et cocooning, musiques et fringues, relations sociales et tourments amoureux… En suspension dans l’histoire, la jeunesse n’existe que le temps des découvertes. Mais il y aussi ce prolongement qui fait que certains ne deviennent jamais adultes, la peur, sinon de grandir, au moins casser les rêves.

La jeunesse est le fond de commerce des films. Mais une fois que l’on a dit et écrit cela, qu’apporter ?

Etre jeune, c’est quoi au cinéma ?

De quelle représentation en est-ce fait ?  Les 180 pages de ce Cinémaction ne suffisent pas naturellement à répondre, mais elles éclairent les angles souvent obscurcis, voire oubliés. La démarche d’Andrea Grunert, qui pilote le numéro, est d’ouvrir au maximum les vannes cinématographiques (et les genres) pour cerner au mieux cette période de la vie. Entre 1920 et les années 2000, près d’un siècle de représentation. De la révolte à l’espoir, de la sous-culture aux représentions urbaines. Indiens urbains en quête d’identités, de représentations. Rapports sexuels et divergences, luttes générationnelles et politiques… Cette fraction humaine, comme d’autres en leurs temps, ignore superbement l’avenir en tant qu’argent comptant. Cela se voit clairement dans le choix des films et des thèmes proposés, une originalité et une détermination qui n’auraient pas déplu à quelques penseurs des Lumières.

Un beau numéro pour ouvrir le débat.